Le focolare désormais dans un parc dans un lieu de mixité sociale et de générations

Début mai, le focolare masculin de Lyon a posé ses cartons au domaine de Montcelard. « La première personne avec laquelle nous avons fait connaissance, c’est Martine qui vit dans la maison
de retraite au-dessus de chez nous et qui venait nourrir les poules », raconte Fabio qui partage l’appartement avec Jacques et, par intermittence, Tullio. Le logement se trouve dans un parc magnifique où l’association Habitat & Humanisme et l’entreprise Mérieux ont mis en place des projets d’accueil et d’hébergement pour des personnes aux parcours de vie difficile. « Dans la recherche d’un nouveau logement, raconte Fabio, nous ne voulions pas nous éloigner du centre-ville.
Mais quand nous avons visité ce lieu nous avons été séduits : le parc nous permettra de vivre des moments de ressourcement et de rencontre dans un cadre paisible et accueillant, et la proximité des initiatives sociales de Habitat & Humanisme nous rappelle l’appel de Dieu à ne jamais oublier les plus pauvres. Nous faisons connaissance avec nos nouveaux voisins et de nouvelles amitiés sont en train de naître. » Plusieurs personnes de la communauté locale se sont dites enthousiastes de ces nouvelles perspectives. « Nos focolares sont très différents, commente Alma, focolarine : les focolarini dans un espace naturel un peu à l’écart de la ville, et les focolarines en centre ville, près de la gare. C’est une belle complémentarité, où nous nous retrouvons pour vivre ensemble nos projets et activités. » Le premier rendez-vous, pour la pendaison de crémaillère, est donné avant de partir en vacances d’été.
Émilie TEVANE

Publié dans Nouvelle Cité de juillet-août 2021

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :