Margaret Karram: alternance et style synodal

Interview de la Présidente des Focolari, publiée par la revue italienne Città Nuova, à propos du Décret du Dicastère pour les Laïcs, la Famille et la Vie sur le renouvellement à la tête des associations laïques.

Favoriser l’alternance. Approuvé par le Pape François le 3 juin dernier, un Décret régissant la durée des mandats de gouvernance des associations internationales a été promulgué par le Dicastère pour les Laïcs, la Famille et la Vie. Durée maximum de cinq ans pour un mandat simple, avec une période maximale de dix années consécutives : c’est la norme qui est indiquée (avec les relatifs approfondissements spécifiques, parmi lesquels de possibles dispenses pour les fondateurs), tandis qu’une note explicative détaillée aide à comprendre l’esprit de cette mesure : favoriser une plus grande communion ecclésiale, une plus ample synodalité, un esprit de service authentique, éviter personnalisation et abus de pouvoir, développer l’élan missionnaire et un véritable style évangélique. Nous en avons parlé avec la Présidente des Focolari, Margaret Karram.

 Avez-vous été surprise par le Décret du Dicastère pour les Laïcs, la Famille et la Vie relatif au renouvellement à la tête des associations ecclésiales ?

Nous n’attendions pas un décret de cette nature à ce moment de l’année, mais le contenu ne nous a pas surpris. Depuis des années, nous avons amorcé dans le Mouvement des Focolari un processus qui tient compte de l’alternance dans les organes de gouvernement, au centre international et dans les pays où nous sommes présents, en établissant des limites pour les mandats. Le Décret nous a montré une fois de plus que l’Église est une mère. En prenant soin des associations comme la nôtre, elle accompagne et aide chaque réalité à trouver des formes d’organisation qui lui permettent de rester fidèle à son charisme et à sa mission, en cohérence avec le cheminement de l’Église dans le monde d’aujourd’hui. C’est pourquoi nous accueillons pleinement l’esprit et les décisions du Décret, qui rejoint en outre la réflexion ouverte dans le Mouvement, déjà partagée avec le Dicastère, sur la représentativité dans les organes de gouvernement.

En ouverture, le Décret stipule que « les associations internationales de fidèles et l’exercice du gouvernement en leur sein sont l’objet d’une réflexion particulière et d’un discernement conséquent de la part du Dicastère pour les Laïcs, la Famille et la Vie, du fait de ses compétences spécifiques ». Éprouvez-vous quelques préoccupations pour les Mouvements en général ? Et pour le Mouvement des Focolari ?

Je dirais que le dicastère porte sans aucun doute une attention particulière aux Mouvements, et nous en sommes témoins, en tenant compte du fait que cela s’inscrit dans ses compétences particulières. Ensuite, s’agissant d’une réalité si variée, le dicastère a certainement aussi quelques préoccupations. Le Décret souligne aussi le « grand essor » de ces associations et reconnaît le fait qu’elles ont apporté « à l’Église et au monde de notre temps beaucoup de grâces et des fruits apostoliques ». L’Église n’a pas l’intention de freiner l’élan charismatique des Mouvements, leur force d’innovation et leur impact missionnaire. Elle veut les aider à réaliser leurs propres finalités qui sont toujours orientées vers le bien de la personne, de l’Église et de la société. Le décret offre des éléments structurels qui peuvent aider à diminuer quelques-uns de ces risques, en limitant le temps pendant lequel une personne peut occuper des fonctions de gouvernement. Je ne vois cependant pas dans ces interventions une particulière focalisation sur le Mouvement des Focolari, d’autant plus que l’alternance dans les charges de gouvernement est déjà une pratique inscrite dans nos Statuts.

Le Pape François, dans son discours aux participants au IIIe Congrès mondial des Mouvements ecclésiaux et des communautés nouvelles, en novembre 2014, indiquait une méthode pour atteindre la maturité ecclésiale souhaitée également par ses deux prédécesseurs : « N’oubliez pas que, pour atteindre cet objectif, la conversion doit être missionnaire : la force de surmonter les tentations et les carences vient de la joie profonde de l’annonce de l’Évangile, qui est à la base de tous vos charismes. » Qu’est-ce que vous en pensez ?

Je suis tout à fait d’accord ! Le souhait du Pape nous appelle à un double engagement : il est nécessaire de toujours revenir à l’Évangile, à la Parole de Dieu et être conscients que le charisme de son fondateur n’est qu’une lecture nouvelle et actuelle des paroles de Jésus, éclairées par un don de l’Esprit Saint qui les fait vivre sous un angle particulier. Nous devons donc tenir compte du fait que la spiritualité, qui naît d’un charisme, est une manière d’annoncer l’Évangile et donc d’œuvrer pour le bien de l’Église et de l’humanité.

Suffit-il d’un sain renouvellement des générations, d’une alternance des personnes dans les postes de direction, pour assurer un gouvernement synodal, exercé dans un esprit de service et capable de ne pas répéter les erreurs du passé, de la personnalisation d’une charge jusqu’aux abus de pouvoir ?

 Je dirais que cela ne peut suffire si l’on veut réaliser un véritable changement culturel, durable et fructueux. Je crois que nous devrions nous demander avant tout quel est le but du gouvernement d’une association comme la nôtre. Ce n’est pas, même si c’est important, le passage de génération, ni même éviter les erreurs passées. Le but principal de notre gouvernement – comme, à mon avis, celui de tout Mouvement ecclésial – est de garantir que le Mouvement aille de l’avant et se développe dans l’esprit authentique de son charisme, en suivant le dessein qui en découle et en réalisant les buts pour lesquelles l’Esprit Saint l’a fait naître. Le même décret souligne que le gouvernement « doit être exercé en cohérence avec la mission ecclésiale de ces mêmes associations, en tant que service ordonné à la réalisation des finalités qui leur sont propres et pour le bien de leurs membres ».

C’est un travail d’actualisation continue, d’amélioration et de renouvellement, qui demande surtout une conversion des cœurs à l’Évangile et à leurs propres charismes. Le changement générationnel dans les organes de direction, à travers une rotation fréquente dans les charges de gouvernement, peut favoriser l’actualisation d’une association, peut aider à éviter – comme le dit une note explicative du Dicastère – « des formes d’appropriation du charisme, de personnalisation, de centralisation des fonctions ainsi que des expressions d’autoréférentialité, qui provoquent facilement de graves violations de la dignité et de la liberté de la personne et, même, de véritables abus ».

Mais l’alternance dans les charges ne garantit pas à elle seule une juste gestion du pouvoir. Il faut d’autres éléments, que nous mettons en œuvre depuis plusieurs années et que nous améliorons continuellement, comme par exemple un parcours de formation spirituelle et humaine à un leadership cohérent avec un style évangélique et avec son charisme, donc un style de gouvernement qui met en lumière le discernement communautaire, avec de nouvelles formes d’accompagnement et des modalités synodales pour le choix des candidats aux postes de gouvernement.

Concrètement, d’ici trois ans, plusieurs des personnes élues lors de l’Assemblée générale de février dernier devront être remplacées. Avez-vous déjà une idée de la manière de procéder pour modifier les Statuts actuels qui prévoient six ans pour la durée des charges et la possibilité d’un second mandat ?

Sur certains points, nous sommes déjà en ligne avec le nouveau Décret, surtout en ce qui concerne la limite maximale de deux mandats consécutifs pour les charges de gouvernement, ce qu’il faut changer maintenant c’est la durée : de 6 à 5 ans.

Nous avions déjà mis en route la constitution d’une commission pour la nécessaire révision de nos Statuts sur plusieurs points, auxquels s’ajoute à présent le travail prioritaire pour l’adaptation au Décret. C’est un travail que nous voulons faire avec calme et avec soin, parce que nous ne voudrions pas seulement accueillir cette nouvelle réglementation « au pied de la lettre », mais aussi et surtout son esprit et bien étudier comment le réaliser, non seulement pour les organes centraux et internationaux, mais à grande échelle, y compris dans le gouvernement local des centres territoriaux.

Quoi qu’il en soit, nous voudrions tout faire en dialogue avec le Dicastère, en approfondissant quelques aspects ponctuels et quelques doutes. Ils nous ont dit expressément qu’ils étaient prêts à nous écouter sur d’éventuelles questions.

Le Pape François, en rencontrant les participants à l’Assemblée générale, avait mis en évidence certains thèmes auxquels accorder une attention particulière : l’autoréférentialité, l’importance des crises et de savoir bien les gérer, la cohérence et le réalisme pour vivre la spiritualité, la synodalité. Qu’est-ce qui a été fait ou que comptez-vous faire pour donner suite à ces indications ?

Nous considérons le discours du Pape François aux participants de l’Assemblée générale comme un document programmatique, de même que le document final de l’Assemblée elle-même. C’est avec une grande joie que nous voyons que l’approfondissement et la recherche de voies d’application de ces deux documents portent du fruit dans les différentes zones géographiques où notre Mouvement est présent. Deux points centraux sont en train d’émerger : l’écoute attentive du cri de souffrance de l’humanité qui nous entoure, dans lequel nous redécouvrons le visage de Jésus crucifié et abandonné, et un nouvel esprit de famille dans notre Mouvement, au-delà de toute subdivision. En cela s’exprime le noyau de notre spiritualité : offrir au monde un modèle de vie sur le style de celui d’une famille ; c’est-à-dire des frères et des sœurs au niveau universel, liés entre eux par l’amour fraternel pour chaque homme et chaque femme, et l’amour préférentiel pour ceux qui souffrent le plus, pour les plus démunis.

Dans quel style et sous quelles modalités le nouveau gouvernement du Mouvement des Focolari a-t-il commencé ? Margaret Karram a-t-elle des nouveautés à ce sujet ?

J’ai particulièrement à cœur de vivre dans le gouvernement du Mouvement une expérience de « synodalité« , ce qui signifie mener tout dans un esprit d’écoute et vivre dans les relations interpersonnelles cet amour fraternel évangélique, de vérité et de charité, qui éclaire aussi la place qui revient à chacun, c’est-à-dire la place centrale.

En tant que Conseil général, par exemple, nous venons de faire la très belle expérience de nous mettre à l’écoute des responsables territoriaux du monde entier. Ce sont eux qui ont les « mains dans la pâte », qui connaissent les potentialités, les besoins et les caractéristiques culturelles et anthropologiques de nos communautés. En les écoutant, on a pu voir toute la vivacité et la créativité du « peuple de Chiara », qui veut porter remède aux diverses formes de manque d’unité et soigner les blessures de l’humanité qui l’entoure. Peut-être n’est-il pas non plus nécessaire que ce soit toujours le Centre international qui donne des directives ou oriente le parcours du Mouvement. Ce qui est important, c’est que le Centre garantisse toujours l’unité de toute l’Œuvre et qu’il puisse mettre en lumière ce que l’Esprit Saint nous indique au fur et à mesure pour tous.

Aurora Nicosia

Fonte: Città Nuova

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :