Transformer la souffrance en source d’espérance

Le Pape reçoit en audience les participants à l’Assemblée générale des Focolari et leur parle de la manière d’affronter le temps de l’après-fondation, de l’importance des crises, de la manière de vivre la spiritualité avec cohérence et réalisme

COMMUNIQUE DE PRESSE – 6 février 2021

Le Pape à l’Assemblée Générale du Mouvement des Focolari : l’après-fondatrice, l’importance des crises, la cohérence et le réalisme pour vivre la spiritualité

Ce matin, le Pape François a reçu en audience privée les 362 participants à l’Assemblée Générale du mouvement des Focolari, dont une délégation était présente dans la salle Paul VI au Vatican et dont la plupart étaient connectés via internet.

En les accueillant, il a étendu sa salutation à tous les membres du Mouvement des Focolari. Il les a encouragés à rester fidèles à la source originelle de leur charisme en restant en dialogue avec les nouvelles situations sociales et culturelles. Il les a invités à se garder de l’autoréférentialité, à considérer chaque crise comme une occasion pour grandir, à être témoins de l’amour fraternel qui surmonte toute les barrière et à promouvoir toujours plus la synodalité. Il a conclu par une invitation à rester, à l’imitation de la fondatrice Chiara Lubich, à l’écoute du cri d’abandon du Christ en croix, cœur du christianisme et du charisme des Focolari.

Après la mort de la fondatrice – a expliqué le Pape dans son discours – le Mouvement est appelé à surmonter le désarroi naturel et la diminution des effectifs. « Tout charisme est créatif, ce n’est pas une statue de musée. […] Il s’agit de rester fidèle à la source originelle en s’efforçant de la repenser et de l’exprimer en dialogue avec les nouvelles situations sociales et culturelles. Il a des racines solides, mais l’arbre pousse en dialogue avec la réalité. Ce travail d’actualisation est d’autant plus fructueux qu’il est réalisé en harmonisant créativité, sagesse, sensibilité envers tous et fidélité à l’Église. Votre spiritualité, caractérisée par le dialogue et l’ouverture aux différents contextes culturels, sociaux et religieux, peut certainement favoriser ce processus. L’ouverture aux autres, quels qu’ils soient, doit toujours être cultivée : l’Évangile est destiné à tous, mais pas comme prosélytisme, non, il est destiné à tous, il est ferment d’humanité nouvelle en tout lieu et en tout temps. »

Le Pape met en garde contre l’autoréférentialité « qui ne vient jamais d’un bon esprit, c’est ce que nous appelons de nos vœux pour toute l’Église : Il faut éviter ce repli sur soi, qui porte à  défendre toujours l’institution au détriment des personnes, et qui peut amener aussi à justifier ou à couvrir des formes d’abus. …] Il vaut mieux au contraire être courageux et affronter les problèmes avec parésie et en vérité, en suivant toujours les indications de l’Église. […] L’autocélébration ne rend pas un bon service au charisme. Non. Il s’agit plutôt d’accueillir chaque jour avec émerveillement – n’oubliez pas l’émerveillement qui indique toujours la présence de Dieu – le don gratuit que vous avez reçu en rencontrant votre idéal de vie et, avec l’aide de Dieu, d’essayer d’y correspondre avec foi, humilité et courage, comme la Vierge Marie après l’Annonciation ».

Il passe ensuite au second thème, soulignant l’importance des crises, qui sont toujours des opportunités pour grandir. Une crise « est un temps de l’Esprit, qui suscite l’exigence d’opérer une actualisation, sans se laisser décourager devant la complexité humaine et ses contradictions. […] Il revient à ceux qui assurent des charges de gouvernement, à tous les niveaux, de s’efforcer de résoudre de la manière la plus constructive possible les crises communautaires et organisationnelles ; en revanche, les crises spirituelles des personnes, qui impliquent l’intimité de l’individu et la sphère de la conscience, doivent être traitées avec prudence par ceux qui n’ont pas de charge de gouvernement au sein du Mouvement. (…) La confusion entre la sphère du gouvernement et la sphère de la conscience donne lieu à des abus de pouvoir et aux autres abus dont nous avons été témoins, lorsqu’a été découverte la marmite de ces graves problèmes.

Pour la réalisation de l’unité, à laquelle les Focolari se sentent particulièrement appelés, le pape indique une double perspective : « En ce qui concerne l’action extérieure, je vous encourage à être des témoins de proximité avec un amour fraternel qui dépasse toute barrière et rejoint toute condition humaine. Surmontez les obstacles, n’ayez pas peur ! C’est le chemin de la proximité fraternelle, qui transmet la présence du Seigneur ressuscité aux hommes et aux femmes de notre temps, en commençant par les pauvres, les plus petits, les exclus ; en travaillant avec les personnes de bonne volonté pour la promotion de la justice et de la paix. […] Tandis que pour l’engagement à l’intérieur du Mouvement, il nous exhorte à promouvoir toujours plus la synodalité « afin que tous les membres, en tant que dépositaires du même charisme, soient coresponsables et participants de la vie de l’Œuvre de Marie et de ses objectifs spécifiques. Ceux qui ont la responsabilité du gouvernement sont appelés à encourager et à mettre en œuvre une consultation transparente, non seulement au sein des organes de direction, mais à tous les niveaux, en vertu de la logique de communion selon laquelle chacun peut mettre au service des autres ses propres dons, ses propres opinions, dans la vérité et la liberté ».

Et il conclut en appelant à rester, à l’imitation de la fondatrice Chiara Lubich, toujours à l’écoute du cri d’abandon du Christ en croix « qui manifeste la mesure la plus élevée de l’amour. La grâce qui en découle est capable de susciter en nous, faibles et pécheurs, des réponses généreuses et parfois héroïques ; elle est capable de transformer les souffrances, et même les tragédies, en source de lumière et d’espérance pour l’humanité. Dans ce passage de la mort à la vie se trouve le cœur du christianisme et aussi de votre charisme ».

La rencontre avec le pape François a été ouverte par Maria Voce, Présidente sortante du Mouvement des Focolari, qui a présenté la nouvelle Présidente Margaret Karram : « Nous sommes reconnaissants à l’Esprit Saint de l’avoir choisie – a-t-elle dit –  dans la joie de pouvoir la confier maintenant à votre prière et à votre amour, Saint-Père, qui seront certainement aussi profonds et intenses qu’ils l’ont été pour moi pendant toutes ces années. »

La nouvelle élue, émue, a confié au Pape qu’elle n’aimait pas la parole Présidente : « Je suis fille de l’Eglise et je veux être au service de tous. » Elle a exprimé sa gratitude pour les paroles et les gestes du Pape, qui nous incitent constamment à nous mettre en chemin avec tout le Peuple de Dieu pour nous pencher sur les souffrances de l’humanité et œuvrer afin que, dans la Maison commune, tous se regardent et se traitent comme des frères et des sœurs ». Elle a remercié le Dicastère pour les Laïcs, la Famille et la Vie de nous avoir permis de vivre cette Assemblée Générale par voie télémathique.

Stefania Tanesini

Discours de Maria Voce et de Margaret Karram

Discours du Pape François

Voir le « replay » de la transmission sur Youtube

https://youtu.be/2mY-LqMHIsM

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :