Les exigences de l’amour authentique

La pandémie non seulement comporte de graves conséquences immédiates, mais elle fait souvent ressortir aussi des problèmes préexistants de caractère personnel, social et politique. Dans le texte qui suit, Chiara Lubich souligne le premier pas indispensable pour ceux qui veulent vraiment changer le monde.

Un grand psychologue de notre époque, disait : « Notre civilisation cherche très rarement à apprendre l’art d’aimer et, malgré une recherche d’amour désespérée, on considère que tout le reste est plus important : le succès, le prestige, l’argent, le pouvoir. Nous dépensons presque toutes nos énergies pour atteindre ces objectifs et pratiquement aucune pour connaître l’art d’aimer[1]

Le véritable art d’aimer jaillit de l’Évangile du Christ. Sa mise en pratique est le premier pas indispensable pour déclencher une révolution pacifique certes, mais si efficace et radicale qu’elle change tout. Cet art a une incidence non seulement dans la sphère spirituelle, mais aussi dans la sphère humaine, dont il renouvelle chaque expression : culturelle, philosophique, politique, économique, éducative, scientifique, etc. Il est le secret de la révolution qui a permis aux premiers chrétiens d’envahir le monde connu à cette époque. […]

Un tel amour n’est pas fait seulement de paroles ou de sentiments, il est concret. Il exige que nous nous « fassions un » avec les autres, que « nous vivions » d’une certaine façon l’autre, dans ses souffrances, ses joies et ses besoins, afin de pouvoir le comprendre et l’aider de manière efficace.

Chiara Lubich

De : Chiara Lubich, Un Nouvel Art d’aimer, Paris, Nouvelle Cité Ed. 2006, p. 6-7.
[1] E. Fromm, L’arte di amare, Milan 1971, p.18.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :