Maria Voce sur « Chiara-après »

Aujourd’hui sort en librairie – en italien pour l’instant -, « Luce che avvolge il mondo » (« Une lumière qui recouvre le monde »), le nouveau livre de Maria Voce, Présidente du Mouvement des Focolari, publié par Città Nuova Editrice. Une relecture approfondie et courageuse des fondements de la spiritualité de l’unité à la lumière des questions des hommes et des femmes de notre temps et de l’avenir à court terme.

« Luce che avvolge il mondo » est, selon toute probabilité, son dernier livre en tant que Présidente, et il faut dire que nous trouvons ici, plus que dans tout autre texte produit par Maria Voce au cours de ses 12 années à la tête des Focolari, toute sa pensée : les fondements de son action, son héritage, mais aussi son vécu durant la période très délicate qui a suivi la mort d’une fondatrice charismatique comme Chiara Lubich. Oui, car dans ce volume, qui mérite d’être lu lentement et médité, et qui requiert le temps d’une réflexion approfondie, nous trouvons toute l’adhésion spirituelle, culturelle et vitale de Maria Voce au charisme de l’unité.

Cet ouvrage contient une série de discours, prononcés à différentes occasions, sur les douze points fondamentaux de la spiritualité des Focolari – Dieu Amour, la Volonté de Dieu, la Parole, le frère, l’amour réciproque, l’Eucharistie, l’Unité, Jésus Abandonné, Marie, l’Église, l’Esprit Saint, Jésus au milieu de nous – complétés à un rythme annuel, tout au long de ses deux mandats.

« Maria n’a pas voulu répéter, mais relire – explique dans la préface son ami Andrea Riccardi. Elle a relu le message et le charisme de Chiara dans une Église et un monde qui ont changé. Car les mouvements spirituels se développent dans une tension profonde entre la fidélité aux origines et au charisme d’une part et, d’autre part, dans l’exploration de la vie et de l’histoire de demain […], un exemple singulier et remarquable de cette fidélité créative qui est demandée aux disciples – en particulier les responsables – des fondateurs et des fondatrices. »

Dans quel esprit ? Se demande Jesùs Moran, le Co-président des Focolari, dans l’introduction. L’esprit de l’actualisation : « Maria Voce, dans ces thèmes, ne répète pas ceux développés par Chiara dans le passé, elle les actualise (…), elle nous donne sa compréhension des points de la spiritualité de l’unité, en puisant directement à la source de l’inspiration de Chiara Lubich. Elle met en même temps l’accent sur d’ultérieures significations et fait résonner des tonalités non exprimées jusque-là, interpellée aussi par les questions que se posent de plus en plus les membres du Mouvement des Focolari, au contact des vicissitudes de l’histoire présente de l’Église et de l’humanité. »

Page après page, Maria Voce s’arrête sur plusieurs questions que se pose aujourd’hui, de façon plus ou moins explicite, le peuple des Focolari, telle celle-ci : « Que demande donc Dieu aux membres du Mouvement ? Il demande à chacun de s’investir dans son propre milieu, impliquant dans l’unité ceux qui sont proches de lui, tout en restant ouvert à tous les autres. Cela serait suffisant, disait encore Chiara dans cette circonstance. Et elle soulignait avec force que Dieu veut avant tout de nous que nous nous ‘’fassions un’’ avec le frère qui est près de nous, avec celui qui chemine avec nous dans la vie, avec ceux avec qui nous entrons en contact jour après jour, ceci aussi – dans la mesure du possible – à travers les moyens de communication. Nous sommes donc appelés à vivre l’unité, jour après jour, à chaque instant de notre vie, comme c’était le cas au début. »

Elle propose également sa lecture personnelle face aux ombres et aux lumières, dans la progression du Mouvement des Focolari, à un moment comme celui-ci, où la pandémie a remis en cause bien des choses, tant au niveau personnel que communautaire, notamment en vue de la prochaine assemblée de 2021, au cours de laquelle le Mouvement devra élire la nouvelle présidente et les postes de direction :

« En cette période, il nous semble que Dieu nous pousse à étendre les semailles dans des domaines nouveaux et plus vastes, sans craindre la diminution des forces ou la perte de positions rejointes, mais en assistant joyeusement à l’ouverture d’horizons toujours nouveaux et à la floraison d’innombrables petites cellules d’Église vivantes, réparties dans le monde entier, partout où deux ou plus sont prêts à s’aimer réciproquement et vont à la rencontre des hommes afin que, comme le souhaite le Pape François, les hommes rencontrent Dieu. »

Une lecture à faire avec attention aujourd’hui pour nous enrichir d’une compréhension du présent et regarder l’avenir proche avec l’optimisme typique de Maria Voce, qui n’est certainement pas naïf, car fondé sur la parole évangélique de l’unité et sur la vie qui en a jailli dans le monde entier.

Stefania Tanesini

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :