Chiara Lubich : clôture de la phase diocésaine de béatification

La phase diocésaine de la Cause de béatification et de canonisation et de Chiara Lubich, fondatrice du Mouvement des Focolari, s’est conclue le dimanche 10 novembre. Plus de 500 personnes étaient présentes dans la cathédrale de Frascati (Rome) où s’est tenue la dernière session de l’enquête diocésaine.

Parmi les participants, le cardinal Tarcisio Bertone, la Présidente des Focolari, Maria Voce (Emmaüs) et le Coprésident Jesús Morán, quelques membres de la famille de Chiara Lubich, deux représentants de l’Église orthodoxe, plusieurs maires de la région du Latium, des prêtres, des laïcs et des religieux, et de nombreux amis qui ont connu Chiara et le charisme de l’unité des Focolari.

Devant l’autel, la table avec 75 boîtes contenant la documentation recueillie, qui sera remise à la Congrégation pour la Cause des saints près le Saint-Siège, où se poursuivra l’étude et l’évaluation de ce qui a été collecté.

Les 3 dernières boîtes sur 75 sont scellées

La cérémonie était présidée par Mgr Raffaello Martinelli, évêque de Frascati, qui a résumé ainsi ces années de collecte de témoignages et de matériel : « Le Saint-Siège et le procès diocésain doivent mettre en évidence l’héroïcité des vertus, pas simplement la bonté d’une personne mais son héroïcité. C’est ce que j’ai demandé aussi dès le début dans les témoignages. Nous devons démontrer l’héroïcité de la manière dont Chiara a vécu les vertus chrétiennes, c’est-à-dire les vertus théologales (foi, espérance, charité), les vertus cardinales (prudence, justice, force, tempérance), et toute une série de vertus dérivées

Dans son rapport, le délégué épiscopal, Mgr Angelo Amati, a noté que 166 témoins avaient été entendus lors de différents déplacements, notamment dans les diocèses de Rome, Albano et Fiesole (Italie), Lausanne-Genève-Fribourg (Suisse), Augusta-Ottmaring et Bamberg-Nuremberg (Allemagne), Westminster (Angleterre), Gand et Bruxelles (Belgique), et deux commissions rogatoires : à Bangkok (Thaïlande) et à Ljubljana (Slovénie).

« L’enquête a porté sur la vie, les vertus, le charisme et la spiritualité spécifique de Chiara – a souligné Mgr Amati -, ainsi que sur les questions théologiques présentées telles que : l’unité, Jésus abandonné et Jésus au milieu, sur la fondation de l’Œuvre de Marie (Mouvement des Focolari) et les contacts interconfessionnels et interreligieux. Soit un total de 35 057 pages, rassemblées en 102 volumes », qui contiennent différentes sortes de documents (témoignages, lettres, documents publiés et non publiés, écrits, journaux intimes, etc.).

Venait ensuite la déclaration du Promoteur de justice, le P. Joselito Loteria – qui, avec le notaire, Mme Patrizia Sabatini et le délégué épiscopal forment le tribunal diocésain institué pour la Cause de Chiara Lubich –, puis Mgr Martinelli a lu le décret de clôture de la phase diocésaine et a nommé « portitor » (porteur) le Pr Daniel Tamborini, qui sera chargé de remettre la documentation au Saint-Siège

Puis les serments du Portitore, de Mgr Martinelli et de tous les membres du Tribunal diocésain et de la Postulation – Postulateur, P. Silvestre Marques ; Vice-Postulatrice, Pr Giuseppina Manici ; Vice-Postulateur, Pr Waldery Hilgeman -, et la signature du procès-verbal de la session de clôture.

Le moment central a été la fermeture et la pose du sceau sur les trois dernières des 75 boîtes contenant les 35 000 pages.

« Notre seul désir à présent est d’offrir à l’Église, à travers cette vaste documentation, le don que Chiara a été pour nous et pour de nombreuses personnes – a affirmé Maria Voce, Présidente du Mouvement des Focolari, lors de son intervention dans la cathédrale En accueillant le charisme que Dieu lui donnait, de façon cohérente, jour après jour, cheminant et tendant à la plénitude de la vie chrétienne et à la perfection de la charité, Chiara s’est prodiguée pour que ce chemin de vie évangélique soit suivi par beaucoup, dans une détermination toujours renouvelée pour aider ceux qu’elle rencontrait à mettre Dieu à la première place dans leur vie et à « devenir saints ensemble ».

Son regard et son cœur, comme cela est démontré à présent, étaient mus par un amour universel, capable d’étreindre tous les hommes au-delà des différences, toujours tendus à réaliser le Testament de Jésus : Ut omnes unum sint (Que tous soient un)

C’est une source de joie pour nous tous de savoir que l’Église va étudier et évaluer maintenant la vie et les vertus de la servante de Dieu, notre bien-aimée Chiara. »

L’iter diocésain
C’est le 7 décembre 2013 que la phase diocésaine de la Cause de béatification et de canonisation de Chiara Lubich a débuté – un peu plus de 5 ans après sa mort, survenue le 14 mars 2008 – avec la signature, à Castel Gandolfo, de la pétition officielle pour l’ouverture de la Cause. Les premiers à être entendus furent les témoins oculaires qui l’avaient connue dès les premiers temps de la fondation du Mouvement des Focolari.

Plus tard, Mgr Raffaello Martinelli consulta la Conférence épiscopale du Latium sur l’opportunité d’engager la Cause, obtenant un avis positif. L’évêque a ainsi constitué une Commission de trois experts en matière historique et archivistique qui a eu pour tâche de recueillir tous les documents inédits concernant Chiara. Mgr Martinelli a ensuite nommé trois théologiens qui ont examiné les écrits publiés. Le 29 juin 2014, le Saint-Siège accordait son Nihil obstat (son consentement) à l’ouverture officielle de la Cause.

Le 27 janvier 2015, avait donc lieu dans la cathédrale de Frascati la cérémonie d’ouverture de la phase diocésaine, qui s’est conclue le 10 novembre 2019.

Lorenzo Russo
Bureau de communication du Mouvement des Focolari

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :