Passage mémorable du Gen Verde à la Cité-Pilote d’Arny

Après un mois de concerts et d’ateliers en Grande-Bretagne et avant de regagner Loppiano, en Italie, le Gen Verde[1] a fait étape le soir du 27 novembre dernier à Arny. L’occasion d’un fédérateur et dynamisant « moment de famille » réunissant une centaine de personnes.

Stationnement de deux camions remplis de matériel de scène (éclairages, instruments de musique, table de mixage…), messes célébrées en partie en Italien et surtout présence enjouée et tonique d’une vingtaine de focolarines artistes issues de 13 pays (Panama, Brésil, USA, Irlande du Nord, Corée, Mélanésie, Italie, Portugal, Espagne…) ;  la cité-pilote a vécu des moments inhabituels. « Difficile de traduire la joie d’être là avec vous. En rentrant à la maison, il fallait qu’on s’arrête ici », ont déclaré les porte-parole du groupe au cours d’une soirée organisée dans la magnifique salle prêtée par les traiteurs voisins de la Cité-Pilote.

Le groupe a d’abord présenté l’histoire et la philosophie du Gen Verde : « « transmettre avec la musique des messages fondamentaux d’amour, de paix et de fraternité », avec la volonté de « donner des touches ethniques faisant ressortir leurs origines » dans des chansons qui viennent de nos expériences, nos vies et celles des personnes que nous rencontrons ». Puis les jeunes femmes ont raconté leur tournée anglaise, caractérisée par le dialogue œcuménique et interreligieux (en particulier avec des sikhs à Birmingham) et avec les jeunes via le projet Start Now[2].

Puis des vidéos ont permis d’entendre les participants à ces ateliers. Un jeune raconte : « Nous ne restons pas à écouter un discours. Ce qui est fantastique, c’est qu’il est possible d’expérimenter ». D’autres témoignent combien ils ont repris confiance en eux et dans les autres. À Plymouth, le groupe a modifié la chorégraphie des danses pour accueillir un jeune souffrant de paralysie cérébrale et dans le groupe de percussions, un adolescent quelque peu dissipé a demandé publiquement pardon pour son attitude.

Bien entendu la soirée a été rythmée par l’interprétation de tubes issus du dernier CD, le chant Io Credo Nel Noi (je crois en « nous ») invitant l’assemblée à rester en lien par le cœur.

Le lendemain, avant de reprendre la route, les semeuses de paix et de dialogue ont vécu une célébration où, comme partout où elles passent, elles ont pu déposer symboliquement sur l’autel « leurs talents, leurs fragilités et leurs joies qui sont nombreuses ».

Chantal Joly

[1] Formation musicale internationale ayant fêté en 2017 ses 50 ans d’existence, née du cadeau d’une batterie verte par Chiara Lubich à des jeunes filles du mouvement (les Gen) d’où leur nom Gen Verde. Aujourd’hui l’une des expressions artistiques des Focolari. https://www.youtube.com/user/GenverdeOfficial

2 À la suite d’un travail en Terre sainte entre jeunes Hébreux, chrétiens et musulmans, le projet START NOW existe depuis 2014. Il consiste en « workshops » (ateliers) de théâtre, danse, chant et percussions, les jeunes participant au spectacle final.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *