Maria Voce aux Semaines Sociales de France

Au cours des 3 jours de la session 2012 des Semaines Sociales (23-25 novembre), à Paris, Maria Voce intervient dans la réunion plénière du samedi 24 après-midi sur le thème : « Hommes et femmes en Église ». Ce n’est pas une question de pouvoir, mais d’amour, tel est le message de son discours sur ce sujet, traité aussi par le théologien Alphonse Borras, avec un débat animé par Anne Ponce, directrice de la rédaction du Pèlerin.

Dans une institution à la hiérarchie masculine, quelle reconnaissance accorder à la contribution croissante des femmes ? Cette question est le point de départ de l’après-midi. Maria Voce y répond en présentant le témoignage d’une femme à la tête d’un mouvement comportant des formes d’adhésion très variées, jouissant d’une diffusion au niveau mondial, fondé par une femme, Chiara Lubich, et qui, comme entériné par les statuts, sera toujours dirigé par une femme. Un mouvement qui, dans son essence-même, implique l’unité dans la distinction, c’est pourquoi l’exercice de la responsabilité est pratiqué conjointement par des hommes et des femmes.

Maria Voce précise tout d’abord qu’il faut comprendre le rôle de l’homme et de la femme « à partir du dessein de Dieu sur l’humanité. Créés par Dieu ‟à son image et à sa ressemblance” (Gn 1,27), ils sont appelés à participer à sa vie intime et à vivre en communion réciproque dans l’amour, sur le modèle de Dieu qui est Amour, Trinité. La dignité de l’homme, en tant qu’homme et femme, a donc son fondement dans l’acte créateur de Dieu. Si la femme ne peut pas accéder à la carrière ecclésiastique, en revanche elle possède le plus grand des charismes, l’amour. Elle se reflète en Marie, la plus grande créature au monde, celle qui a vécu l’amour de façon parfaite ».

Après avoir tracé à grands traits l’histoire et la composition du mouvement des Focolari, Maria Voce  se demande : « Comment faire pour réunir toutes ces personnes, pour les rassembler dans une même famille ? Au sein du mouvement des Focolari nous sommes plus attentifs à la vie qu’aux structures, même si nous savons combien ces dernières sont utiles ». Pendant des années, l’Église a souvent mis cette structure à l’épreuve, « particulièrement en ce qui concerne la présence d’une femme, Chiara Lubich, comme fondatrice et présidente. Les tentatives d’annexions ou de mise sous la tutelle de la hiérarchie ecclésiastique ont été nombreuses. Initialement, il semblait qu’il devait y avoir un homme à la tête du mouvement, et si possible un prêtre. Chiara, et tout le mouvement avec elle, a toujours manifesté une obéissance inconditionnelle à l’Église. Pour Chiara en effet, la phrase d’Évangile ‟Qui vous écoute m’écoute” (Lc 10,16), était à respecter de façon absolue. Cependant, il lui semblait que le fait d’avoir un homme à la tête de cette Œuvre en aurait altéré la nature même, une Œuvre, elle le savait mieux que quiconque, qui était née de Dieu et non d’un projet humain ».

Ceci souligne que « la reconnaissance de la place de la femme dans l’Église ne va pas sans une forme de ‟combat” c’est-à-dire de fidélité à soi-même, à sa conscience et, en dernière analyse, au plan de Dieu. Mais un combat qui, dans le cas concret que je cite, a eu les caractéristiques d’une ‟Pâque”, c’est-à-dire d’une mort et d’une résurrection, cette dernière manifestant bien l’intention de Dieu, l’expression de sa volonté sur le rôle de la femme ».

« Cette présidence féminine est significative – continue Maria Voce – Elle montre la nécessité de distinguer entre pouvoir de gouvernement et importance du charisme ». C’est un message lancé à l’Église « pour souligner la priorité de l’amour, priorité qui n’est pas un monopole féminin. Mais il est certain que la femme, en raison de sa disposition à la maternité a certainement une grande capacité d’aimer, une capacité interne, de ressentir ce que l’autre ressent, d’être touché par ce qui le touche. Comme seule une mère peut l’être ». Maria Voce souligne que le véritable pouvoir réside dans l’amour selon l’Évangile, qui engendre la présence de Jésus au milieu de la communauté. Elle affirme que lorsqu’on construit sur cette base, « il s’opère un bouleversement extraordinaire ».

« L’unité entre l’homme et la femme demeure un équilibre toujours précaire  continue-t-elle – L’un ne doit jamais cesser de redécouvrir la valeur de l’autre ; tous les deux ne doivent jamais cesser de considérer la diversité comme une richesse, ni se lasser de reprendre chaque fois la voie royale du dialogue ». Une Œuvre qui veut « témoigner de l’unité de la famille humaine doit avant tout assurer l’unité en son sein ». Il faut être conscient – rappelle-t-elle en conclusion – « que toute structure ecclésiale n’existe pas pour elle-même mais pour le bien de l’humanité dans laquelle elle est plongée ».

  Maria Voce: Lire l’intervention

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :