Qui a vu le plus ?

La Résurrection !
Jean et Pierre vont au tombeau vide
et ils trouvent les linges sur le sol et le linceul roulé à part.

Madeleine s’arrête et pleure, et elle voit deux anges,
l’un à la place de la tête de Jésus, l’autre à la place des pieds.
Elle leur parle puis, se retournant, elle voit Jésus.

Les Apôtres ne l’ont pas vu
et parmi eux se trouvait celui que Jésus aimait,
certes aussi à cause de son innocence.

Marie, la pécheresse, voit les anges et Jésus.
« Heureux les cœurs purs, car ils verront Dieu » (Mt 5,8).

Qui a vu le plus à cette occasion ?
Madeleine.
Ses larmes qui coulaient sans arrêt,
l’attente en dehors du tombeau,
signe d’un amour qui croit et attend tout ;
et puis l’entretien avec les anges
et avec celui qu’elle prenait pour le jardinier,
comme si Jésus était une personne à qui elle était la seule à s’intéresser,
avaient purifié ce cœur peut-être plus que tout autre :
au point qu’il méritait de voir les êtres célestes et Jésus ressuscité.

Voici le sens de la Résurrection.
Le rachat est accompli. La mort est vaincue.
Le péché est recouvert par la miséricorde
jaillie en surabondance de l’arbre de la croix.

Chiara Lubich

(Extrait de : Chiara Lubich, L’essenziale di oggi. Scritti spirituali / 2, Rome 1978, p. 67.)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :