Le Genfest 2018 : au-delà de toutes frontières !

Ils en rêvaient, ils y ont cru, ils sont revenus convaincus pour continuer à relever le défi du Genfest 2018: « Beyond all borders » au-delà de toutes frontières ! C’était du 4 au 17 juillet aux Philippines avec 80 participants de France et de Belgique.

Souhait de découvrir une autre culture, réaliser un rêve, se laisser entraîner par des amis, participer à des actions humanitaires ; les motivations étaient des plus variées et convergeaient cependant pour faire de ce périple un séjour inoubliable !

6 juillet 2018 – Manille : « Le GENFEST est un événement historique spécial ! » En ces termes Maria Voce, actuelle présidente du Mouvement des Focolari, inaugure la 11ème édition de ce rassemblement international.

Le hall du World Trade Center résonne de l’enthousiasme des 6000 jeunes venus du monde entier, pour témoigner, à travers toutes leurs diversités « qu’il est possible de tendre à l’édification d’un monde uni ».

« Trouver le moyen de vivre nos convictions, nous libérer de la peur, laisser l’amour dilater nos cœurs », ce slogan lancé par l’une des chansons ouvre la porte « à des témoignages percutants et un spectacle digne des plus grands shows », commente Etienne, originaire de Paris.

Azeez habite Lyon et faisait partie des 200 acteurs. « Pendant les répétitions, nous formions une famille, chacun portant l’autre pour réussir ce Genfest ».

Un scénario, donné avec beaucoup de conviction par Guillemette, étudiante en théâtre, interpelle chacun. Il livre des extraits du journal intime de Siobhan Coyle, une jeune originaire de Glasgow, décédée dans un crash d’avion lors d’une mission de travail aux Philippines.

Soraya, assistante sociale à Bruxelles et de religion musulmane exprime sa joie d’avoir rencontré une communauté musulmane venue du Sud des Philippines : « On garde contact pour construire un monde plus uni ! »

Les jours suivants voient se succéder une pléiade d’ateliers  sur les thèmes les plus variés : cuisine et origami pour découvrir la culture asiatique, forums sur l’économie, l’immigration, les défis environnementaux et écologiques, initiatives en faveur de la paix et interpellations pour en être acteur…

Puis, répartis dans Manille, plusieurs groupes se retroussent les manches. Laissons la parole à Heddy: « Après une conférence au topo très complet, nous sommes partis nettoyer une plage. De loin, je pensais voir du sable … Je me suis rendu compte que c’était couvert de déchets et j’ai été choqué de voir autant de pollution. Ce qui m’a réconforté : savoir que dans les écoles, les enfants sont sensibilisés au respect de l’environnement, entre autres l’apprentissage du tri ».

Lors de la messe conclusive du Genfest, le cardinal Tagle, archevêque de Manille, touche le cœur des participants en exhortant chacun à trouver la force de préserver et de persévérer dans l’amour et en  lançant un appel : « Chacun de vous a une mission à remplir sur cette terre! »

Sur cet envoi, lundi 9 juillet, le groupe franco-belge s’envole pour l’île de Borongan  située à 1h de Manille. Cette province qui a subi il y a 4 ans le typhon Yolanda est l’une des plus pauvres des Philippines. Le paysage en garde trace, de même des habitations ou infrastructures qui n’ont pas été reconstruites.

Entre l’accueil à l’évêché et la découverte de tout ce que le diocèse déploie grâce à la Caritas, la visite à l’université et la mise en place d’un projet de partenariat avec l’association ESSU (Eastern Samar State University), notre emploi du temps préparé avec beaucoup de soin par Mr Emmanuel Arago, professeur à l’université de Borongan, s’enrichit chaque jour. Autour du « Oudreach Program », toute une équipe s’active et priorise l’éducation des enfants.

Aussi sur les trois journées  vécues avec les enfants de plusieurs écoles, nous pourrions être intarissables ! Animations diverses, participation à des programmes d’initiation à l’anglais, distribution de kits de repas et de matériel scolaires, jeux improvisés…

Quelques impressions entendues :

.« Il y avait en chacun le désir d’aimer l’autre », continue Clara, « Vivre ainsi c’est se libérer de ses barrières, c’est vivre la joie. Ce sera mon moteur à mon retour en Belgique »

.« J’ai découvert des gens qui ont une grande bonté de fond : la transmettre à notre retour en France serait mon grand souhait» s’enthousiasme Aurore.

En conclusion, rejoignons Maria Voce,  avec l’invitation lancée pour continuer le Genfest : Aimer ! Recommencer ! Partager !

Anne-Marie CHESSÉ

focolare.org/fr/genfest-2018/

youtube : genfest 2018

facebook : Genfest-Official

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *