A l’école du changement

La deuxième journée fait le plein de nouveautés. Avec ses 117 forums et workshops et 10 activités écologiques, sociales, interculturelles et interreligieuses, une chance unique est offerte au peuple du Genfest : passer de la théorie à la pratique en moins de 24 heures. ‘’Learning by doing’’, apprendre en faisant, est un des piliers de la pédagogie moderne professionnelle. Et c’est justement cela que les jeunes sont en train d’expérimenter ces heures-ci : une école de changement personnel et social, le franchissement de palissades et de murs, non seulement comme sujets de discussions et partages de bonnes pratiques, mais aussi d’actions et d’expérimentations sur le terrain, dans un contexte ‘’glocal’’, comme celui des Philippines, avec des idées, des projets et des réalisations provenant du monde entier.

Les jeunes se sont inscrits depuis des mois aux workshops. Les attentes sont élevées. Un jeune portugais : « Je suis en train d’aller au forum ‘’Je veux aider ! Comment combattre l’effet spectateur’’. Le titre est intrigant et puis, c’est ainsi que je me sens parfois : un spectateur impuissant face à des situations qui me dépassent : chômage, racisme, sens d’ inadéquation par rapport aux défis de la vie et dans les relations. Je voudrais réussir à dépasser la sensation que je ne peux rien faire pour changer les choses ».

Un groupe de jeunes de Cebù participe au très fréquenté forum ‘’Nourrir la nature’’. Kim Atienza, célèbre présentateur philippin et diffuseur de thématiques environnementales, encourage les jeunes à connaître à fond la nature, le cycle de la vie et ses processus et enseigne des styles de vie et de production durables. Il est aussi possible de faire une full immersion dans la culture asiatique avec des workshops d’origamis et de cuisine fusion ou de fréquenter des ateliers dédiés à la connaissance et au travail sur soi-même : gestion du stress, des peurs, soin des autres. Nombreux sont les espaces consacrés à l’économie sociale, civile et de communion, à l’architecture au langage du cinéma. La politique ne manque pas « mais celle qui inspire l’espérance ». Une fille du Burundi : « Moi je suis allée à celui sur la corruption. Nous en avons approfondi les différentes formes et les outils pour la combattre. Je viens d’un continent où la corruption est une plaie. Qu’est-ce qui m’a donné de l’espoir ? Le fait que nous sommes ici du monde entier pour abattre aussi ce mur ».

Au courant de l’après-midi, les jeunes passent à la phase 2 de la journée, ‘’Hands4Humanity’’, mains pour l’humanité. La proposition est celle de dix activités de solidarité, d’accueil et de requalification urbaine en différents endroits de Manille, afin d’expérimenter de petits gestes qui peuvent changer, lentement mais d’une façon irréversible, la réalité autour de nous, et d’offrir des propositions pour la réalisation d’initiatives ad hoc, une fois rentrés à la maison. Le choix est ample : du service à la cantine des enfants au centre social de Bukas Palad, à des activités de nettoyage de rues et d’autres espaces urbains, à la visite dans les hôpitaux, aux personnes âgées, aux sourds et muets, jusqu’au théâtre de rue et à l’échange interculturel avec les communautés musulmane et hindoue. A Tramo Street, dans la ceinture périphérique de Manille, un important groupe de jeunes originaires de l’Australie, du Brésil, de l’Europe, en plus de différents philippins, peint et nettoie avec les gens du lieu. Un jeune californien explique : « Je n’aurais jamais imaginé faire quelque chose pour une ville qui n’est pas la mienne et où je ne retournerai peut-être pas mais je suis content, et ça me donne envie de mieux connaître Manille. Au début, je pensais que cela m’importait peu, mais maintenant ce n’est plus comme ça ».

« Le fait de donner au Genfest l’aspect d’un laboratoire d’approfondissement et d’expérimentation des techniques de transformation humaine et communautaire est un choix délibéré aussi bien des jeunes eux-mêmes que de la ville » explique Tina Bonifacio, entrepreneuse et coordinatrice des forums. « L’intention est celle de faire une expérience réelle de dépassement des frontières, qu’elles soient physiques ou mentales. Chaque personne, culture, coin du monde a toujours quelque chose à donner et à partager avec les autres ».
Journée intense, donc, pour les jeunes présents à Manille. Mais ce n’est pas encore fini : il se terminera ce soir avec le concert international où beaucoup se présenteront avec des chants et des performances. Ce sera à la musique et à l’art de raconter un autre aspect de ‘’Beyond all borders’’.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *