La Gloire de l’Abandonné, consolation des humiliés

Du 3 au 10 juillet, le Centre Mariapolis « Montbruno » de Saint-Pierre-de-Chartreuse a accueilli 70 Retraitants : religieux et religieuses, laïcs consacrés ou non dont des couples, venus principalement de France, mais aussi de Suisse. Le thème arrêté : « La Gloire de l’Abandonné, consolation des humiliés ». C’est la troisième édition de cette réalisation spirituelle, avec un record de participants. Deux animateurs, et qui plus est focolarini, Giovanna Porrino et Michel Vandeleene, avaient accepté de s’investir, de se mettre à la portée des Retraitants en proposant deux méditations chaque jour. Avec, dans la journée, des temps de silence pour la prière (dimension du « Château intérieur » de Thérèse d’Avila) devant Jésus exposé dans l’Eucharistie  ; et aussi de partage (« dimension du « Château extérieur » de Chiara Lubich) en petits groupes ou en entretiens personnels.

Beaucoup ont ainsi pu exprimer le bonheur d’avoir découvert ou approfondi le trésor de la spiritualité de communion confié à Chiara pour l’Église et le monde ; d’exprimer aussi leur satisfaction d’avoir reçu des réponses à leurs questions du quotidien quand la difficulté, l’épreuve se présentent.

Quelques impressions :

J’ai connu les focolari il y a longtemps. À un moment donné, Jésus Abandonné m’a fait fuir et j’ai traversé le désert pendant 15 ans : je n’avais pas compris. Lors de cette retraite à laquelle je me suis sentie appelée, j’ai découvert Jésus qui s’est fait péché, et cela m’a libérée de mon sentiment de culpabilité. De mon péché, il fait naître la vie, il est l’amour.

N’ayant pas de Mariapolis au Lioran cette année, je suis venue à cette retraite. Mais je portais en moi beaucoup d’interrogations : allions-nous être assis toute la journée à étudier la Bible ? Pourrais-je m’échapper dans la montagne ? « Approchez-vous de Dieu, et Dieu s’approchera de vous » : cette phrase m’a éclairée. L’amour réciproque et l’unité que je ressens ici m’ont permis d’édifier mes châteaux, intérieur et extérieur. C’est ma première retraite, mais pas la dernière ! 

Je suis un chrétien médiocre et quelque part fier de l’être ! Mais selon Charles Péguy, il y a pire que ceux qui ne croient pas : les chrétiens habitués ! Parce que « la grâce coule sur eux comme sur une toile cirée ». Grâce à Michel et Giovanna, ma toile cirée s’est un peu déchirée, des rais de lumière m’ont atteint et j’espère être un chrétien un peu moins médiocre.

À mon arrivée, je me suis tout de suite sentie au cœur de la retraite et hors du monde. Nous sommes tous venus pour Jésus et cela a coloré notre retraite. J’ai dans le cœur le monde et toutes ses souffrances, je dis oui au Crucifié (le mien et celui de tous) autour de moi. Pour ce temps hors du temps, merci. Je repars transformée.

Quand le regroupement de nos congrégations a pris le nom de Sœurs de l’Alliance, je ne comprenais pas comment faire alliance avec des sœurs que je ne connaissais pas. Mais c’est Dieu qui fait alliance, c’est la révélation que j’ai eue ces jours-ci où je me suis trouvée très à l’aise avec tous.

« Le peuple de Dieu en marche », c’est l’expérience que j’ai faite ici en vivant la spiritualité de communion avec ses diverses vocations. Partages très profonds et très riches dans les groupes, notamment le partage de l’unité dans les couples qui enrichit la vie des consacrés. Cette formule nouvelle de retraite avec des moments de silence et des moments de partage est très riche. J’ai beaucoup aimé qu’on parle de l’Eucharistie qui est à la fois le sacrement de Jésus Abandonné et de l’unité.

Lire et écouter la retraite 

A.A. et C.P.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *