Paris : Franciscains et Focolari

Franciscains et Focolari. Séminaire à Paris sur la question de l’origine franciscaine du mouvement des Focolari.

Dans le cadre du travail du Centre Chiara Lubich de documenter, étudier et promouvoir la figure historique de Chiara, nous avons été invités par les franciscains de Paris à animer le 16 décembre 2016 un séminaire sur le thème : « la question de l’origine franciscaine du mouvement des Focolari. Analyse à partir des données historiques et documents ».

L’Ecole franciscaine de Paris, créée en 2011, qui s’inscrit dans la longue tradition d’études et recherches franciscaines à Paris initiée depuis le 13° siècle, organise tous les mois un séminaire de trois heures. Le Frère Claude Coulot qui connaît bien les focolarines et focolarini de Strasbourg, sachant que les premiers focolarini étaient membres du Tiers Ordre franciscain a désiré que nous intervenions pour cette année académique, dont le thème est « Franciscanisme au féminin ».

Nous avons voulu clarifier de quel type d’ « origine » franciscaine il s’agissait : seulement le moment initial, le lieu d’où est issu le Focolare, la phase préliminaire d’une réalité ensuite évolutive ? Ou bien, ce qui a provoqué l’apparition du charisme de l’unité ?

Le séminaire s’est déroulé à deux voix : Florence Gillet du Centre Chiara Lubich a traité de l’aspect historique et spirituel, tandis qu’Anne-Claire Motte, doctorante en droit canonique, l’aspect juridique.

S’agissant de l’aspect historique, se basant sur les témoignages de Chiara et de ses premiers compagnons, mais aussi sur ceux des franciscains, il est apparu que le charisme de l’unité, né dans un berceau franciscain, s’est ensuite distingué permettant au Mouvement de trouver sa propre identité. A été mis en lumière le précieux apport franciscain dans ce processus de distinction, mais aussi comment à travers le charisme de l’unité, l’Esprit a bien voulu redonné aux franciscains des aspects de François peut-être fondamentaux mais restés marginaux. Une histoire donc marquée de dons réciproques qui est une illustration de la saine communion entre les charismes, qui pourra encore être très féconde.

Anne-Claire a tout d’abord analysé le règlement du Tiers Ordre Franciscain Capucin de Trente d’Août 1946, montrant l’apport de Chiara et de son charisme dans la rédaction de celui-ci.  Elle a ensuite considéré le Statut des « Focolari de la charité » du 1er mai 1947, montrant la nouveauté pour l’époque et comment il recueille les premières caractéristiques du charisme naissant. Elle a ensuite donné un regard rapide sur les syntonies et différences entre la règle de vie de François d’Assises et ceux de Chiara Lubich.

Les participants, chercheurs de François, sont restés frappés et sont conscients que se sont ouvertes de nombreuses pistes pour d’ultérieurs approfondissements.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *